BENIN: Boni Yayi et Hu Jintao magnifient la coopération sino-béninoise

(Afreeknews 26/12/2012)

Le président béninois, Boni Yayi et son homologue chinois, Hu Jintao, ont magnifié ce lundi, à travers des échanges de correspondances, à l’occasion de la célébration du 40ème anniversaire du rétablissement des relations diplomatiques entre le Bénin et la Chine.

La qualité des liens d’amitié et de coopération multiforme qui existent entre les deux pays et qui ont permis au peuple béninois de bénéficier d’importantes réalisations dans plusieurs domaines, notamment économique, politique, culturel et de la formation des cadres.

Les premiers pas tumultueux
Etablies en 1964, les relations diplomatiques entre le Bénin et la Chine ont été marquées par les soubresauts de la politique nationale du Bénin pendant la première décennie de l’indépendance de ce pays.
Ces relations ont été rompues trois années plus tard en 1967 à la suite de l’un de la demi-douzaine de coups d’Etat militaires qu’a connu le Bénin.
Mais il a fallu attendre l’avènement du gouvernement militaire révolutionnaire le 26 Octobre 1972, dirigé par le président Mathieu Kérékou pour que deux mois plus tard le 29 décembre 1972, à l’occasion de la visite d’une mission béninoise de haut niveau à Beijing, le Bénin et la Chine rétablissent cette fois-ci pour de bon leurs relations diplomatiques.

L’envol
Ainsi depuis quatre décennies, les gouvernements de la République du Bénin et de la République Populaire de Chine ont constamment mené un dialogue politique fructueux et des consultations sur les questions tant nationales qu’internationales, notamment concernant la gouvernance mondiale dans une approche purement pragmatique pour réaliser des actions communes de développement.
« Une coopération aussi dynamique, concrète et visible comme celle entre le Bénin et la Chine n’a point besoin de beaucoup de chiffres et de lettres pour s’exprimer. Elle se sent et se vit au quotidien par les Béninois, puisqu’elle couvre la plupart des activités sociopolitiques ainsi que les différents secteurs de développement de notre pays », s’est réjouis le ministre béninois des Affaires étrangères et de l’Intégration Africaine, Arifari Bako Nassirou.
Ainsi pendant les 40 dernières années, la coopération sino- béninoise s’est intensifiée dans plusieurs domaines, notamment économique, commercial, politique, culturel, agricole et de la formation des cadres.
Dans le domaine agricole, cette coopération est caractérisée par la réalisation des trois périmètres rizicoles de Dévè, de Covè au centre du Bénin et de Malanville au Nord du pays, des deux rizeries de Glazoué au centre du Bénin et de Malanville, ainsi que le Centre Pilote Agricole de Sèmè-Podji au Sud du Bénin.
S’agissant du domaine de la santé, plus de 470 médecins chinois ont travaillé au Bénin et aujourd’hui, trois missions médicales chinoises travaillent respectivement à Cotonou, Lokossa et à Natitingou, pour soigner les patients béninois.
En ce qui concerne les domaines des infrastructures administratives et socio-économiques, la Chine a doté le Bénin de quatre bâtiments administratifs, notamment celui du ministère des Affaires étrangères et celui du ministère de l’Industrie et du Commerce, en y ajoutant le Stade de l’Amitié de Kouhounou et le Palais des Congrès de Cotonou et les deux Tours administratives en voie d’achèvement.
Outre ces infrastructures administratives, la Chine a aussi doté le Bénin d’infrastructures routières telles que l’Echangeur de Godomey, d’un coût de 11 milliards de francs CFA et la Route AKASSATO-BOHICON, qui sera entièrement réhabilitée pour plus de 90 milliards de francs CFA.
Dans le domaine des échanges commerciaux entre la Chine et le Bénin, le volume qui a franchi en 2011, trois milliards de dollars, alors qu’il n’était que 770 milles dollars en 1972.
Pour le chef de la diplomatie chinoise au Bénin, Tao Weiguang, ces résultats ont été obtenus grâce aux efforts des autorités des deux parties.
« Compte tenu de l’état actuel de la coopération, nous avons toutes les raisons d’être fiers et reconfortants, et l’avenir en perspective nous inspire une plus grande confiance, car une dizaine de projets sont déjà programmés pour les trois années à venir, dont le forage de 100 puits de l’eau potable, la réhabilitation de la route Akassato-Bohicon et la construction d’une lycée technique, pour un montant de plus de 300 milliards de dollars américains », a-t-il annoncé.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s