Fusillade de Newtown: émotion et promesses lors de la rencontre de Barack Obama avec les familles

Le président Obama a prononcé une allocution d'une vingtaine de minutes et rencontré les familles endeuillées et les services de secours de la ville de Newtown, le 16 décembre 2012.
Le président Obama a prononcé une allocution d’une vingtaine de minutes et rencontré les familles endeuillées et les services de secours de la ville de Newtown, le 16 décembre 2012.
REUTERS/Kevin Lamarqu
Par RFI

Le président américain a participé dimanche soir à une cérémonie œcuménique en hommage aux victimes de la fusillade de vendredi, qui a coûté la vie à 26 personnes dans une école primaire de la ville, dont 20 enfants. Une «violence indescriptible», a déclaré Barack Obama, qui a reconnu que les Etats-Unis ne faisaient pas assez pour protéger leurs enfants, et que cela devait changer. Le président a déclaré offrir à Newtown «l’amour et les prières des Etats-Unis».

Le président américain s’était montré très ému vendredi 14 décembre lors de sa brève allocution après la fusillade qui avait coûté la vie à 26 personnes dont vingt jeunes enfants dans l’école primaire de Sandy Hook à Newtown dans le Connecticut. Même émotion ce dimanche soir lorsque Barack Obama a égrené les noms des enfants tués.

Barack Obama a aussi promis, rapporte notre envoyé spécial à Newtown, Raphaël Reynes, d’engager dans les prochaines semaines tous les pouvoirs que lui confère son mandat pour engager le Congrès à agir contre cette violence.

« Notre seule et unique responsabilité, affirme le président américain, c’est de nous assurer du bien-être et de la sécurité de nos enfants  et à la question ‘nous acquittons-nous de cette responsabilité ?’, nous devons reconnaître que la réponse est non. Il faut que cela change », a martelé Barack Obama.

Mais Barack Obama n’est pas allé plus loin. Il n’a pas précisé de quelle manière la société américaine devait changer. Il n’a pas non plus évoqué une éventuelle réforme de la loi sur les armes. Il n’a d’ailleurs pas prononcé une seule fois le mot « armes » au cours des dix-huit minutes passées à la tribune. 

C’est que le sujet est politiquement plus que controversé. La plupart des personnes interrogées à l’issue de cette veillée funéraire disaient qu’il est sans doute trop tôt pour lancer un débat politique.

émotion est encore très vive, seulement trois jours après la fusillade, et pour les habitants de Newtown, la simple présence du président ce dimanche soir était suffisante.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s